Capsules linguistiques

À travers ces capsules, découvrez des expressions insolites, des trucs, des anecdotes ou même des drôleries de l’anglais pour mieux comprendre la langue tout en vous divertissant.

Bonne lecture!

S'inscire aux capsules

Entrez votre adresse courriel :

The right kind of language

Lorsque vous vous exprimez en anglais, adoptez un langage approprié :

  • Évitez les tournures de phrases passives, optez pour la forme active et l’utilisation de pronoms personnels. Ex : A meeting was called = Paul called a meeting, this will be mentionned later = I’ll go over this point later, etc.
  • Utilisez des phrases de transition, ce que j’appelle les fillers, qui remplissent les phrases tout en vous donnant du temps pour formuler votre idée. Ex : As you know: as you may now; well, actually; basically...; what’s more, etc.
  • Optez pour un langage plus simple, moins formel, avec des phrases courtes.
  • Choisissez des verbes d’origine saxonne et à préposition plutôt que ceux d’origine latine qui apparaîtront plus abstraits pour un natif.
Partager :
Traduisez votre idée

Régulièrement, je remarque que les non-anglophones ont tendance à traduire mot à mot, ou presque, leur langue maternelle vers l’anglais, de manière consciente ou inconsciente, et ce, quel que soit le niveau de maîtrise de la langue.

Typiquement, on entendra un francophone dire : I propose to cancel the meeting and put it off to next week. Un natif aura un petit moment d’hésitation à l’écoute de cette phrase et classera instinctivement son interlocuteur dans une espèce de sous-catégorie car il n’utilise pas le bon code de communication. En effet, pour le natif, le verbe to propose s’utilise dans deux contextes bien particuliers :

  • demander en mariage : He proposed to her last night and she accepted him.
  • faire des propositions dans un contexte d’affaires ou plutôt formel : The Secretary of State for business has proposed a cut in how much workers can claim for unfair dismissal.

En dehors de ces contextes, évitez d’utiliser to propose à chaque fois que vous voulez proposer, comme le ferait naturellement un francophone par exemple.

Traduisez d’abord votre idée.
Ici, l’idée, le concept que vous voulez communiquer c’est celui de la proposition. En sachant cela, tout un tas de structures peuvent être utilisées, plus ou moins formelles, comme : let’s…, how about…, why dont’ we…, we could…, I suggest…,shall…, etc.
Ainsi un anglophone natif pourrait dire : How about cancelling the meeting and putting it off to next week?
Évidemment, chez l’anglophone tout cela se fait naturellement et ce, dans tous les domaines de la communication.

Grâce à ma méthode, apprenez les mécanismes de l’anglais, traduisez vos idées et adoptez-vous aussi le langage d’un natif. Soyez respecté à votre juste valeur en ayant recours au même code de communication que votre interlocuteur anglophone. www.coachinglinguistique.ca

Partager :
Savoir laisser la parole

Dernièrement, j’ai assisté à une conférence tenue dans un contexte bilingue anglais-français. L’animateur a ouvert la conférence en passant aisément d’une langue à l’autre sans commettre trop d’impairs. Après nous avoir présenté les différents speakers de l’événement, son déroulement et avoir envoyé les remerciements nécessaires, il a invité la première conférencière à prendre la parole. Érudite, celle-ci a fait preuve d’un excellent sens oratoire en français. Puis vint le tour de céder sa place au prochain speaker, et là, afin de démontrer sa volonté de s’adapter au contexte bilingue, elle a bafouillé : "I’ll, I’ll take heuu… Je laisse la parole à mon collègue…"

Quel désastre ! Alors qu’elle venait de nous impressionner par son érudition et son éloquence en français, par ces quelques mots inaudibles en anglais, elle venait de perdre toute crédibilité auprès du public anglophone. Il s’agit pourtant là d’une personne qui représente une partie de la population canadienne à Ottawa…

Évidemment, en tant que professionnelle de la formation en langues, je n’avais qu’une envie, lui souffler les mots qui auraient pu l’aider comme : I’ll give the floor to… I’ll hand over to… I’ll turn to… pour n’en nommer que quelques-uns. Des moyens existent pour que vous soyez en mesure d’afficher une confiance à la hauteur de votre professionnalisme aussi bien en anglais qu’en français lors de vos prises de parole. Faites en bon usage !

Partager :
What's your word?

Blootered et frenemy viennent de faire leur entrée dans le CollinsDictionary.com tout comme 84 autres nouveaux mots choisis scrupuleusement parmi une liste de plus de 4000 mots par une équipe de rédacteurs.

Depuis le mois de juillet 2012, ce dictionnaire en ligne accepte les propositions de mots nouveaux de quiconque souhaite participer à l’évolution de la langue anglaise. Pourquoi pas vous ?
Il semblerait que de nombreuses propositions proviennent des différents et nombreux dialectes que l’on retrouve sur le territoire britannique et irlandais.

Pour la petite histoire, testés auprès de la population locale, très peu de personnes ont réussi à trouver la signification de ces deux nouveaux mots blootered et frenemy . Et vous, qu’en pensez-vous? J’attends vos réponses…

Partager :
Great reads #1

Depuis plusieurs semaines, je suis plongée dans la lecture de l’autobiographie de Nelson Mandela Long Walk to Freedom. Le livre retrace l’histoire du charismatique et emblématique président sud-africain de son enfance alors qu’il s’appelait encore Rolihlahla à son ascension politique, en passant pa

Nelson Mandela consacre plusieurs chapitres à son éducation et l’importance qu’elle revêtait pour lui en tant qu’exemple pour la population noire, victime de discrimination avant l’apartheid. Un passage de son livre sur ce sujet m’a particulièrement touchée compte tenu du contexte politique dans lequel le Québec a baigné durant tout le printemps.

En voici un extrait : Education is the great engine of personal development. It is through education that the daughter of a peasant can become a doctor, that a son of a mineworker can become the head of the mine, that a child of farm workers can become the president of a great nation. It is what we make out of what we have, not what we are given, that separates one person from another.

À méditer...
Pour ceux qui seraient tentés par la lecture de cette inspirante autobiographie, mais que l’idée de lire près de 700 pages effraie, soyez patients. Le film devrait sortir en 2014!

Partager :
Shoot for the stars

Récemment, je discutais avec une amie dont un des frères étudie en médecine.
Elle me disait : « I am so proud of my little brother, he is shooting for the stars ! »

Belle expression n’est-ce pas : shooting for the stars !
Chaque fois que vous vous fixez un objectif personnel ou professionnel élevé, que vous visez haut, et que vous mettez toute votre énergie à atteindre ce but, c’est ce que vous faites : you shoot for the stars !
Et pourquoi pas ? Car comme le disait Leo Burnett, célèbre homme d’affaires américain du 20e siècle : « When you shoot for the stars, you may not quite get one, but you won’t come up with a handul of mud either »
Ce qui pourrait se traduire assez librement par : « En visant haut, tu ne décrocheras peut-être pas la lune, mais tu ne reviendras pas les mains pleines de boue non plus »

Partager :